Nos galères quotidiennes, troisième partie

Vivre loin de ses parents, ça a une multitude de côtés positifs : sortir quand il nous plaît, puis rentrer en faisant tout le bruit que l’on veut ou bien rester en pyjama à regarder des séries toute la journée… Oui, c’est vraiment la liberté.

Sauf que, problème: il y avait, par ailleurs, quelques avantages à vivre chez eux, et vous les connaissez bien, ces galères quotidiennes : que ce soit laver ses fringues, ne plus avoir de taxi à votre disposition pour vous emmener à droit à gauche… Bref, chez Média ESDES nous savons bien à quel point il est dur de se prendre en charge comme un grand, et avons décidé de révéler enfin la souffrance quotidienne éprouvée par tout étudiant quittant le domicile parental. Attardons-nous donc aujourd’hui sur le problème de la lessive.

Tout d’abord, je tiens à dire que cet article n’est destiné qu’à ceux qui n’habitent plus chez leurs parents, les autres… vous ne pouvez pas comprendre cette lutte quotidienne. Bref, rentrons dans le vif du sujet. Tous les vendredis, voilà le dilemme qui se pose à la plupart d’entre nous : rentrer chez ses parents et abandonner toute idée de liberté pendant ces deux jours, ou bien: rester peinard à l’appart et faire une croix sur les chaussettes propres.

Mais, le pire, c’est qu’elles le savent, nos mères. Elles jouent sur cette corde sensible, vicieuses qu’elles sont, pour nous faire revenir : « tu rentres ce week-end? Tu es sûr? Tu n’as pas de linge à laver? ». Nous, faibles êtres que nous sommes face à une proposition si alléchante… cédons. Mais, si seulement nous avions la force de résister, il existe de fabuleuses petites boutiques très accueillantes, propres, agréables et pas du tout glauques (bref, vous avez compris : c’est du sarcasme) pour laver son linge : LES LAVERIES AUTOMATIQUES.  Pratiques? pensez-vous… c’est bien parce qu’on n’a pas d’autres choix… vas-y que j’expose au quartier entier mes sous-vêtements sales! Encore, avec un peu de chance, la laverie est à côté, mais sinon faut prendre les TCL avec le panier à linge… bref pas le meilleur aspect de ta vie d’adulte indépendant.

Si vous aussi vous vivez une vie trépidante, faites d’épreuves, parfois difficiles, mais jamais insurmontables, sachez qu’il y a toujours pire ailleurs. Sauf si en plus vous avez à prendre le tram pour vous rendre en cours, là… ça se complique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *