Edito #1 : La pie prend son envol

Je crois que la première c’est quelque chose qui ressemble à rien. En principe rien ne peut ressembler à quelque chose si cela n’a jamais été fait, non ? …

Bon partons de là.

Je dirais que la première c’est un peu comme imaginer le premier jour de Bambi sans sa mère, les premiers mots d’un bébé ou le premier pas sur la lune ou encore mieux, les premiers pas d’un bébé quand bien même il vivrait sur la lune. Se lancer dans l’inconnu, nu, avec juste un bagage, pour tenter de faire de ce voyage, quelque chose de connu et lu.


Bon arrêtons là.

Les rimes, c’est l’essence, c’est bien beau mais la maltraitance des mots en fait très vite perdre tout son sens. Et sans sens c’est sûr, certains souligneraient quelques contre sens qui me laisserait seul contre cent.

Enfin bon, passons.

Pour reprendre, là ou bon me semble d’ailleurs et par ailleurs pour comprendre où nous allons ensemble, je crois qu’il faudrait que j’arrête de me prendre la tête sur un texte qui en a aucune ni queue et que, je commence avec élégance a vous mettre en évidence le pourquoi de toute cette romance.

Il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture de ce premier numéro qui je l’espère vous enchantera comme nous l’avons été en le rédigeant.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *