La pie a fait des petits (partie 1)

La pie a fait des petits

Cette nouvelle année associative a été lancée par les recrutements, qui ont mené La Pie à adopter plein de petits nouveaux. Chacun d’entre eux ont répondu à deux questions (retrouvez la deuxième ici!), résultat d’un brainstorming intensif au sein de la rédaction. Voici un extrait de leurs réponses, un avant-goût de la Pie 2.0:

« la 1ère fois que tu as acheté un pack de kro’, ça s’est passé comment ? »

Jericard Siegel & Joe Shooter :

On est en 2008, j’ai 14 ans et je commence tout juste à mener ma vie de bandit. Ce soir l’équipe de France joue contre l’Italie sa place à l’EURO, la pression est à son comble, surtout après l’énorme désillusion de 2006 (petite blague directe avec la bière pression, à souligner). Au programme : soirée posée chez Lucas, ça va crapoter des clopes et boires des bières devant le match, la vie de bandit quoi. Etant le plus jeune de ma bande je n’ai pas l’habitude d’aller acheter les bières, généralement on envoie Diogo parce que c’est le seul portugais. Je te vois venir avec ta bien-pensance, ce choix n’est en aucun cas basé sur l’origine de ce bon vieux Diogo : les portugais à 14 ans ils ont déjà de la moustache d’accord, on n’y peut rien c’est un fait, notre choix était donc purement basé sur les capacités à aller acheter de l’alcool. Mais bref, Diogo ce soir, il n’est pas là. Du coup après un débat interminable, je me retrouve désigné pour aller acheter les bières … L’album des Psy 4 de la Rime dans les oreilles, je me dirige donc tranquillement vers l’épicerie de notre quartier, loin de me douter que mon prochain achat allait changer ma vie à tout jamais. D’habitude, avec mes potes, on boit plutôt de la Heineken, sans véritable raison mais bon c’était un peu notre coutume. Le truc c’est que les étiquettes vertes (la couleur du sheitan faut-il le rappeler) commençaient à me rendre vraiment fou, je décidais donc d’innover : je
me suis tourné vers une bière à l’étiquette rouge, plus en accord avec mes principes. Cette bière, c’était la Kronenbourg. En la prenant pour la première fois dans mes mains je sentis une grande montée d’adrénaline parcourir mon corps, comme si ce dernier sentait que ce pack allait changer ma vie, comme si j’étais fait pour avoir un jour ce pack entre mes mains. La suite se déroula sans encombre, c’était donc la première fois que j’achetais un pack de Kro, mais l’histoire ne s’arrête pas là….

Je m’appelle Yann, j’ai 16 ans et aujourd’hui, je vais devenir un homme. J’y suis, ambiance chaude et feutrée, c’était la dernière ouverture, ma dernière chance pour y arriver.Je tremble. Depuis le temps que je veux
faire comme les grands … Enfin, j’y suis ! J’ai peur, mais je suis excité à la fois. C’est bizarre. Je m’approche d’elles, doucement, je prends mon temps (pas besoin de se presser, de toute manière la première fois n’est apparemment jamais assez longue… Je la touche du bout des doigts. Elle n’est pas très fraîche mais qu’importe. Je ressors le travail fini, fière d’avoir réussi la passe à 16 ans. Ça y est, je suis enfin un homme, j’ai acheté ma première Kronembourg.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *